Vous êtes ici : Accueil Maison / maisons / maison personnes agées / aides techniques face à la perte d'autonomie

maison de la sécurité


maison de l'énergie


maison du bien-être


maison de la géobiologie

maison personnes agées


maison des malfaçons


maison de la santé


maison de la législation


maison des artisans


boutique

Boutique SanteMaison

aides techniques face à la perte d'autonomie


Faire sa toilette, s'habiller, se déplacer... Avec l'âge, certains gestes simples peuvent devenir difficiles. Pour faciliter le quotidien, de multiples objets et appareillages ont vu le jour. Encore faut-il en connaître l'existence de ces aides techniques et savoir les choisir.

Préserver son autonomie même au grand âge et éviter de recourir à des tiers, c'est aujourd'hui possible avec tout un panel d'accessoires appelés "aides techniques". Petit aperçu des nombreuses possibilités.

Un large choix d'aides techniques

  • Faire sa toilette : robinets à levier ou "tourne robinets" pour une prise plus aisée, brosse de bain ou à cheveux à large poignée articulée, peigne coudé, distributeur de dentifrice, siège ou chaise de bain ou de douche, rehausseur de siège de toilette, pince pour papier hygiénique... Les personnes très handicapées auront intérêt à privilégier la douche à fond plat "siphon de sol" à la baignoire, même à porte, sauf à opter pour un siège élévateur moins onéreux ;
  • S'habiller : enfile-bas, enfile-boutons, crochet d'habillage... Il existe aujourd'hui tout un choix de vêtements faciles à enfiler, avec élastiques et velcros plutôt que boutons et fermetures éclairs ;
  • Se déplacer : canne, déambulateur mais aussi potence de lit, monte-escalier, voire fauteuil roulant, lève-personne... Il est important d'essayer ces appareillages avant de les acheter, et dans l'idéal à domicile, notamment pour les plus volumineux ;
  • Se nourrir : ouvre-bocaux, ouvre-conserves, tourne clef, éplucheur ergonomique, brosse à légumes, couverts à manche épais, gobelets anti-renversement, bagues d'assiette et assiettes à butée... Pour la cuisson, préférez bien sûr les plaques électriques à la gazinière, sauf si elle dispose d'un dispositif de sécurité, et prévoyez des détecteurs de fumée ;
  • Se distraire : loupe de lecture, tourne-pages, coussins anti-escarres, pince de préhension...
  • Communiquer : selon les capacités auditives et visuelles, amplificateur de sonnerie, téléphones fixes à larges touches dans plusieurs pièces ou portable toujours sur soi ; système de téléalarme par abonnement à une société spécialisée (boîtier sous forme de collier ou de bracelet, actionné en cas de problème pour entrer en contact avec une plateforme d'assistance).

Toutes ces aides techniques sont disponibles dans les magasins spécialisés en matériel médical ou sur Internet. La Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA) a notamment mis en ligne une base de données très complète sur les aides techniques, de même que le Centre d'études et de recherche sur l'appareillage des handicapés (CERAHTEC) du ministère de la Défense.

Des conseils avisés face à la perte d'autonomie

Avant d'acheter, notamment les appareillages d'aide à la mobilité, vous pouvez solliciter les conseils d'un ergothérapeute, professionnel en ce domaine, ou des Centres d'information et de conseil en aides techniques (CICAT).

Ces centres vous apportent une information objective sur toutes les aides techniques (4 000 références disponibles), donnent un conseil personnalisé, offrent souvent un centre d'exposition et organisent si besoin des essais de matériel avec prêt.

Il existe en général plusieurs CICAT par région, vous en trouverez la liste sur leur site.

Prise en charge des aides techniques

Seuls sont pris en charge par la Sécurité sociale ce que l’on appelle les "appareillages" (cannes, déambulateur, fauteuil roulant, lit médical, fauteuil percé, matelas anti-escarres…), à condition qu’ils soient homologués et qu’ils aient été prescrits par un médecin. Le remboursement des autres aides techniques est beaucoup plus aléatoire. Pour en savoir plus, renseignez-vous auprès de votre Caisse.

Si l’aide technique n’est pas prise en charge, essayez de demander une prestation extra-légale à la caisse d’assurance maladie et, en complément, adressez-vous à la mutuelle complémentaire, à la caisse de retraite ou au service social de la mairie. Dans le cas particulier des appareillages permettant l’accessibilité à l’étage (siège monte escalier, plate forme élévatrice), adressez-vous à l’Agence nationale pour l'amélioration de l'habitat ou à l’Association pour le logement des grands infirmes. Quant aux systèmes de téléalarme, ils peuvent être financés par l’APA.

Enfin, si les aides techniques peuvent considérablement améliorer le quotidien des seniors, cela ne dispense pas d'aménager sa maison pour réduire les risques d'accidents et faciliter les déplacements.

POUR EVITER LES CHUTES

Pour éviter ces chutes mais aussi permettre à la personne tombée de se relever, les solutions sont faciles et nécessitent peu de travaux coûteux :

  • dégager l'espace et notamment toutes les circulations ;
  • fixer les câbles au mur ou dans des range-fils. Attention aux rallonges branchées pour un usage ponctuel (travaux, sapin de Noël, etc.) et dont l'emplacement n'est pas mémorisé par la personne et qui s'avèrent donc très dangereuses ;
  • fixer les tapis avec de l'adhésif double face ou mieux encore poser une moquette dans toutes les pièces (même dans la salle de bains) car c'est le revêtement de sol le plus sûr. Il existe aussi des tapis antidérapants avec des pastilles autocollantes à fixer au sol des douches ;
  • supprimer les paillassons d'entrée, leur préférer des tapis posés dans un creux prévu à cet effet ;
  • fixer des nez-de-marche dans les escaliers ;
  • prévoir des mains courantes dans les couloirs, les sanitaires et le long des meubles de cuisine. Prévoir aussi des rampes dans les escaliers. Une trouvaille : il existe désormais des barres d'appui à ventouse. Très pratiques pour partir en voyage, aller chez des amis ;
  • éliminer ou équiper les meubles ou objets dangereux comme les tables ou buffets aux coins vifs qu'il vaut mieux adoucir au moyen de protections d'angle ;
  • supprimer les dessertes ou tout autres meubles à roulettes qui, au lieu de constituer des points d'appui, se dérobent lorsqu'on s'y accroche ;
  • renoncer aux rangements difficiles d'accès. Il vaut mieux vider les placards en hauteur plutôt que d'y laisser des choses que la personne aura envie un jour ou l'autre de redescendre ;
  • renforcer l'éclairage : dans toutes les pièces, augmentez la puissance des ampoules et ajoutez des lampes stables (évitez les halogènes sur pied qui, certes, éclairent bien mais peuvent tomber et provoquer un incendie) en prenant soin de ranger les câbles ;
  • penser à la terrasse, au jardin. Les chutes se produisent aussi sur le sol glissant d'une loggia ou terrasse mouillée. Changer le carrelage ou le bois peut s'avérer coûteux mais vous pouvez poser une moquette d'extérieur imitant le faux gazon. A partir de 10 euros le mètre carré, ces moquettes dureront cinq à six an

 

 

De nombreuses maisons ont un étage ou/et des combles, ou un sous-sol. Pour accéder à ces pièces, l'escalier (que l'on a pris soin d'équiper de nez-de-marche) peut s'avérer difficile à monter.

Le monte-escalier

Le monte-escalier est composé d'un plateau formant siège et d'un rail. Cet appareil est fixé au mur ou bien sur l'escalier afin de ne pas abîmer les revêtements. Il s'adapte à la majorité des types d'escalier et n'a comme seul défaut que d'être peu esthétique, malgré tous les efforts des fabricants.

La personne qui l'emprunte est munie d'une télécommande qui lui permet d'actionner le monte-escalier à sa guise. Le prix d'un monte-escalier démarre à 3.000 € (escalier droit) et son installation peut donner lieu à des aides. Pour en savoir plus : Le crédit d'impôt « aide aux personnes »

L'ascenseur privatif

L'ascenseur privatif est plus difficile à installer puisque dans la majorité des cas il faudra créer une trémie en perçant le plancher, puis trouver deux zones palières pour sortir de l'ascenseur.

Pour faciliter son installation, ses portes n'ouvrent pas obligatoirement sur la même façade. Par exemple, au rez-de-chaussée, l'ascenseur ouvrira sur le côté nord et à l'étage, sur le côté sud.

Lorsqu'il trouve sa place et qu'il est bien pensé, cet appareil peut s'intégrer au décor car il est proposé avec de nombreux revêtements. En cas de revente de la maison, l'ascenseur sera une plus-value si le bien est cédé à une personne à mobilité réduite ou, au contraire, un handicap car il diminue la superficie des pièces qui l'accueillent.

Pour la maçonnerie de la trémie et l'ascenseur fourni et posé, il faut prévoir 15.000 € au minimum. Comme pour le monte-escalier, des aides sont possibles.

Receveurs extra-plats, sanitaires réglables en hauteur, barres de maintien... La salle de bains et les toilettes se mettent au service des personnes âgées.

Grimper dans une baignoire peut devenir, avec l'âge, une épreuve physique doublée d'une prise de risque inutile.des sanitaires adaptés aux personnes agées

Des fabricants ont mis au point des baignoires dont la porte s'ouvre. Nous ne vous les conseillons pas car ces équipements, pour ingénieux qu'ils soient, ne résolvent pas le problème : il faut toujours monter dans la baignoire lorsqu'elle est vide et en ressortir lorsqu'elle est vidée. Résultat : on risque de prendre froid en attendant que la baignoire se remplisse et en attendant qu'elle se vide !

En revanche, le receveur de douche extra-plat et encore mieux la douche dite à l'italienne, c'est-à-dire au ras du sol, sans aucune marche, ont l'avantage d'être facilement accessibles. Il faudra équiper la cabine de douche d'une ou deux barres de maintien pour éviter de glisser et poser au sol un revêtement antidérapant. On peut lui adjoindre, en option, une douchette à main équipée d'un long flexible, des jets de massage et un siège mural capable d'accueillir une personne à mobilité réduite.

Un mitigeur thermostatique évitera les longs réglages de l'eau et les brûlures. La bonne idée : se servir de l'actuel emplacement d'une baignoire pour faire poser une douche et profiter ainsi des alimentations et évacuations d'eau, voire des carrelages.

Les personnes âgées trouvent plus confortables des toilettes hautes (à environ 50 cm du sol). La solution ? Soit acquérir, pour environ 50 €, un rehausseur de toilettes, soit faire changer ses toilettes en adoptant une cuvette sans pied que l'on pourra fixer à la hauteur désirée (environ 600 € fournie et posée à proximité d'une colonne existante). Il faut aussi penser à fixer des barres de maintien, à partir de 20 € la barre.

Il existe enfin des éviers et lavabos à hauteur réglable, afin d'en permettre l'utilisation en position assise.

L'ensemble de ces équipements sanitaires adaptés aux personnes âgées peut donner lieu à des aides financières.

La cuisson

Même si le gaz est très prisé par les bons cuisiniers, il vaut mieux remplacer cette énergie par de l'électricité : en effet, le gaz présente toujours un risque de fuite. Les plaques vitrocéramiques ont de nombreux avantages : cuisson rapide, éclairage puissant des zones lorsqu'elles sont en marche, possibilité de faire glisser les plats d'une plaque à l'autre et d'une plaque au plan de travail sans avoir à soulever des charges lourdes, facilité d'entretien.

Le four sera lui aussi électrique et placé à une hauteur de 60 cm. Cette hauteur évite de se pencher pour surveiller la cuisson et de devoir soulever des plats lourds et chauds. Une ouverture latérale est conseillée pour les personnes en fauteuil. Le nettoyage pyrolyse évite tout entretien et il est à privilégier pour les personnes à mobilité réduite, même s'il suppose qu'entre deux nettoyages, le four ne soit pas impeccable.

Dans bien des cas, un micro-ondes évitera l'usage du four traditionnel. Il permet de réchauffer rapidement des plats et son entretien est plus simple que celui du four conventionnel.

La conservation

Si les commerces sont assez éloignés, un congélateur à ouverture latérale (plutôt qu'un meuble avec un grand bac) assurera un ravitaillement de base, même pendant une période où l'on ne peut aller faire des courses (maladie, mauvais temps, etc.).

Le réfrigérateur sera idéalement placé entre 50 cm et 1,70 m comme tous les autres rangements.

Une loupe de lecture sera mise en évidence dans la cuisine pour pouvoir vérifier les dates de péremption et la composition des aliments, ces dernières informations étant souvent inscrites en trop petits caractères pour pouvoir être lues avec les seules lunettes.

L'hygiène et le rangement

L'évier sera muni d'un robinet thermostatique pour éviter les brûlures et d'une douchette. Le lave-vaisselle pourra être placé à environ 50 cm de hauteur, son usage en sera facilité.

Les rangements trop bas et trop hauts sont difficiles d'accès. Si possible, optez pour des armoires sur un pan de la cuisine et sur un autre mur, et installez un plan de travail le plus continu possible pour éviter d'avoir à porter des plats lourds et chauds d'un point à un autre. Sachez qu'il existe aussi des systèmes permettant de faire coulisser en hauteur les meubles de rangement.

Les portes vitrées et l'éclairage interne des meubles aident à repérer le contenu des rangements.

Prévoyez une petite table roulante pour aider au transport des plats ou des courses lourdes.

Les équipements

Pour éviter les rallonges ou câbles, équipez la cuisine de nombreuses prises accessibles. Choisissez des appareils électroménagers simples, faciles d'usage et d'entretien. Placez tous les modes d'emploi dans la cuisine avec une loupe à portée de main.

Achetez un appareil pour ouvrir les couvercles difficiles, un ouvre-boîte automatique, un tire-bouchon électrique.

es personnes âgées ont tendance à moins bien dormir. La chambre devient une pièce majeure et il faut lui accorder toute son attention.

Pour un coût peu élevé (environ 20 €), vous pourrez surélever le lit ce qui permet de passer plus facilement de la position assise à la position debout. Il existe aussi des inclinateurs corporels à glisser sous le matelas qui permettent de relever le buste ou bien les jambes.

Plus onéreux est le lit électrique dont l'inclinaison du sommier varie soit à la tête, soit aux pieds, grâce à une simple télécommande. Enfin, le lit médicalisé possède un relève-buste mécanique (pour manger au lit, par exemple) et des appuis afin de faciliter le passage de la position assise à debout. Il peut s'acheter ou bien se louer, lors d'un handicap passager, par exemple.

Une table de lecture (U muni de roulettes) permettant de poser aussi un plateau repas ou un ordinateur, est un complément peu onéreux (environ 100 €) très appréciable.

Renforcez les lampes pour faciliter la lecture et placez une télévision dans la chambre.

 

Pensez aux interrupteurs luminescents et aux veilleuses si la personne est angoissée par le noir.

Evitez les descentes de lit ou bien fixez-les solidement. Préférez de la moquette ou bien un linoléum, revêtement sain, facilement nettoyable, plus chaud aux pieds que le carrelage et moins glissant que le parquet. Aujourd'hui, le linoléum ou bien le PVC existent dans de belles couleurs ou encore imitent à s'y méprendre des matières comme le plancher bois.

Si vous le pouvez, munissez la fenêtre de la chambre de volets roulants motorisés, manoeuvrables grâce à une télécommande : la personne pourra ainsi ouvrir et fermer ses volets aisément.

Un système de télé-assistance ou un téléphone doivent être accessibles depuis le lit.

une centrale d'écoute et permet un secours rapide. L'abonnement coûte entre 30 et 60 € par mois, renseignez-vous auprès des services sociaux de votre commune.

Si vous n'optez pas pour la télé-assistance, vous pouvez recourir aux téléphones fixes à numéros enregistrables. Ils permettent de rentrer les numéros de téléphone des personnes à joindre en priorité. En général, trois numéros sont enregistrables. Il suffit d'appuyer sur une touche qui composera automatiquement le numéro de la première personne enregistrée. Si celle-ci ne répond pas, la ligne basculera automatiquement sur la deuxième et ainsi de suite. Ce téléphone se trouve dans les grands magasins à partir de 30 €.

Pour sécuriser les visites extérieures, un portier visiophone permet de voir, mieux que par un judas, les visiteurs placés derrière la porte d'entrée. On pourra aussi installer une lampe munie d'un détecteur de présence qui s'allume dès qu'une personne passe dans le champs du détecteur. Pensez à équiper la porte d'entrée d'une serrure spécifique, qui peut s'ouvrir de l'extérieur même si la clé est restée dans la serrure, à l'intérieur.

Un entrebâilleur de porte ajoute une sécurité ainsi que des volets ou persiennes aux fenêtres. Les volets roulants sont motorisables et télécommandables tout en gardant une esthétique acceptable. Les volets traditionnels peuvent aussi être équipés d'une motorisation afin d'éviter les tours de reins dus à une fermeture trop difficile et, aujourd'hui, les systèmes proposés se sont faits discrets.

Pour les maisons, les ouvertures automatiques de portail sont désormais fiables.