Vous êtes ici : Accueil Maison / maisons / maison de la sécurité / risque d'incendie

maison de la sécurité


maison de l'énergie


maison du bien-être


maison de la géobiologie

maison personnes agées


maison des malfaçons


maison de la santé


maison de la législation


maison des artisans


boutique

Boutique SanteMaison

risque d'incendie


Détecteur cliquez ici

  • L’incendie dans la maison
  • Ne prenez pas le risque de transformer la fête en drame
  • Recommandations de la commission de sécurité des consommateurs

Depuis l’Antiquité, les hommes sont fascinés et terrorisés par le feu. Dans de nombreuses religions, ne risque-t-on pas de brûler pour l’éternité dans les flammes de l’enfer. A la fin du XXe siècle, les incendies sont toujours à l’origine de terribles tragédies dans lesquelles des familles entières sont décimées.

Données statistiques

Les sapeurs-pompiers de Paris interviennent, en moyenne, chaque année sur 17 500 incendies. Près de la moitié (46 %) sont des incendies d’habitations, responsables d’environ 80 à 100 décès par an et d’un millier de blessés hospitalisés.

Il n’existe malheureusement pas de statistique nationale permettant de connaître avec précision le nombre de victimes des incendies d’habitations. Les statistiques de mortalité publiées par l’INSERM indique que, en moyenne, 155 personnes décèdent dans un incendie de maison. Ce chiffre semble cependant minimiser le risque réel, notamment, si on le compare avec celui d’autres pays européens. Ces données montrent, en revanche, une surmortalité pour les enfants de 0 à 4 ans. Selon une enquête auprès des SAMU, on constate que, dans un tiers des cas, ces enfants en bas âge avaient été laissés seuls au domicile.

Conseils de prévention

Pour la sécurité des enfants.

Les jeunes enfants sont attirés par tout ce qui fait le monde des grands. Il faut donc mettre hors de leur portée allumettes, briquets et produits inflammables. Il faut, par ailleurs, éviter de laisser dans leurs chambres des appareils individuels de chauffage, qu’ils soient électriques, au gaz, au fioul ou au charbon. En cas de nécessité, on peut utiliser des radiateurs électriques dont la résistance n’est pas apparente à condition, toutefois, de ne pas les couvrir notamment avec des vêtements et de les tenir éloignés des rideaux.

Ne laissez jamais des jeunes enfants seuls à la maison.

Pour la sécurité de tous.

Le chauffage

  • Vérifiez régulièrement le bon fonctionnement de vos appareils de chauffage et faites ramoner, une fois par an, les cheminées, que ce soit pour le chauffage au bois, au charbon, au fioul ou au gaz.
  • Attention aux poêles à bois et à charbon, notamment, quand ils sont vétustes. Des appareils de ce type sont souvent à l’origine d’incendies meurtriers. Sans oublier les asphyxies dues au monoxyde de carbone. De plus, leur utilisation intensive, quand il fait très froid, doit se faire avec prudence et être évitée la nuit.
  • En ce qui concerne les inserts, il faut prendre des précautions au niveau du conduit de cheminées. Vérifier que l’installation a été réalisée dans les règles de l’art et ne pas entreposer dans le grenier des vieux vêtements ou des vieux papiers à proximité du conduit.
  • Lors de l’utilisation de radiateurs électriques, il faut s’assurer que la ligne électrique est capable de supporter la puissance des appareils. Sur une ligne faite pour supporter 10 ampères (fils de 1,5 mm2 de section), il ne faut pas brancher un radiateur de plus de 2 000 watts. Attention aux modèles dont la résistance n’est pas protégée. Ils peuvent enflammer des
  • voilages, nappes ou tapis. Acheter essentiellement des appareils portant l’étiquette NF-électricité.

L’électricité

En règle générale, les installations électriques doivent faire l’objet d’une attention particulière. Il ne faut pas surcharger les lignes en utilisant trop de prises multiples. Être prudent avec l’emploi des rallonges dont les fils sont souvent de diamètre réduit (elles ne peuvent supporter qu’un courant faible, juste bon à faire fonctionner un poste de radio).

La nuit

Ne jamais fumer au lit. Si le fumeur s’endort, la cigarette peut tomber sur les couvertures ou sur le sol (souvent de la moquette). La combustion des matériaux synthétiques présents, notamment, dans les meubles rembourrés, risque alors d’asphyxier les occupants de la pièce, avant même que l’incendie se déclare.

Fermer la porte des chambres pour dormir. Cela évite d’être intoxiqué par les fumées pouvant provenir d’un feu ayant pris naissance dans une autre pièce.

Le sapin de Noël

  • N’allumer jamais des bougies sur un arbre de Noël. Il faut, par ailleurs, être très prudent avec l’utilisation des bougies dans une maison. Le terrible incendie survenu le 25 décembre 1992 à Suresnes dans les Hauts-de-Seine (six morts) en est le triste exemple. Choisissez de préférence un sapin avec racines en terre dans un bac et l’installer à bonne distance d’une source de chaleur. Il faut l’arroser souvent afin que les aiguilles se dessèchent moins vite. Le flocage ou le givrage des sapins ne sont pas des traitements ignifugeants ; au contraire, l’inflammation des sapins ainsi traités peut être plus rapide. Pour la décoration, utilisez des guirlandes électriques portant la marque NF, qu’il faut débrancher lorsque l’on quitte la pièce pour une absence prolongée.
  • Posséder un ou plusieurs extincteurs peut être d’une certaine utilité mais il faut savoir que ce sont des appareils lourds et parfois difficiles à utiliser. De plus, ils sont souvent adaptés à tel ou tel type de feu et une mauvaise utilisation peut être très dangereuse (un extincteur à eau sur un feu d’origine électrique, par exemple). Pour pouvoir bien l’utiliser, il ne faut pas avoir peur du feu pour s’approcher suffisamment. Ce sont surtout des appareils réservés aux professionnels, spécialement entraînés pour les utiliser et combattre les incendies.
  • Les détecteurs-avertisseurs de fumée destinés aux habitations ont fait preuve de leur efficacité pour réduire le nombre de victimes dans de nombreux pays comme la Grande-Bretagne, la Norvège, le Canada ou les États-Unis. Dans ce grand pays, au climat très diversifié, l’autorité fédérale chargée de la lutte contre le feu considère qu’une personne non protégée par un détecteur court deux fois plus de risques de mourir, en cas d’incendie, qu’une personne protégée. Cela dit, s’ils permettent aux habitants d’une maison de s’échapper rapidement, ils ne diminuent en rien le nombre d’incendies ni les interventions des pompiers pour les éteindre.
  • En France, les administrations chargées de la prévention en matière d’incendie ne les voient pas d’un bon oeil, cela sans réel argument probant à leur encontre. Résultat : le marché de ce type de matériel est très peu développé et il n’existe ni norme ni réglementation les concernant. A l’heure actuelle, il est difficile d’en trouver dans les magasins et de connaître leur fiabilité. Lors de l’achat d’un ou plusieurs détecteurs, il faut donc être très prudent. Il faut essentiellement choisir du matériel conforme à la norme britannique BS ou à la norme allemande DIN.

Et puis...

Ne videz jamais un cendrier dont les cendres sont encore chaudes dans une poubelle. Dans un grenier, dans un garage ou une cave, il faut toujours faire attention lorsque l’on fume. Ne laissez pas, par exemple, un mégot au sol.

N’oubliez pas que de nombreux produits utilisés dans la maison sont inflammables :

  • huiles et corps gras utilisés pour la friture (voir fiche « friture »), aérosols (voir fiche « aérosols »), eaux de toilette, ... : ne fumez pas en les utilisant !
  • produits de bricolage : solvants, alcool ménager (voir fiches « pictogrammes » et « produits chimiques »)
  • Quelques conseils en cas d’incendie
  • En présence d’un incendie, la règle principale est : s’échapper et alerter au plus vite les pompiers en composant le 18 (appel gratuit). Au téléphone, garder son calme pour donner des détails précis sur l’adresse et le lieu de l’incendie, la présence de victimes et de personnes n’ayant pu fuir le feu.
  • Inutile de jouer aux pompiers. C’est souvent inefficace et parfois dangereux. Il est préférable de s’écarter du foyer (il y a toujours des risques d’explosion) de façon à faciliter l’intervention des secours.
  • Il existe, cependant, de rares cas pour lesquels il est possible d’agir. Si un friteuse prend feu, il faut immédiatement couper le gaz ou l’électricité puis la couvrir avec un couvercle ou un torchon mouillé. Ne jamais déplacer une friteuse en feu car on risque de se brûler. Ne jamais jeter d’eau sur une friteuse en feu car la réaction serait encore plus dramatique (importantes projections d’huile enflammée dans toute la cuisine, voir fiche « friteuse »).
  • En présence d’un feu dû au gaz, il faut essayer de fermer la vanne d’arrivée avant qu’il ait pris de l’ampleur et que l’augmentation de température puisse causer une explosion.
  • Si un incendie survient chez vous et que vous ne pouvez fuir, mettez le plus de portes entre le foyer et vous. Fermez bien toutes les portes et signalez votre présence dans la pièce où vous êtes réfugié (de préférence un local qui comporte un robinet d’eau) en suspendant un drap à une fenêtre laissée entrouverte. Boucher les fentes de la porte avec des draps, des torchons ou des serviettes mouillés et les réhumidifier souvent. Installez-vous au sol pour respirer le plus longtemps possible de l’air frais et placer devant le nez et la bouche, un tissu mouillé. Attendez calmement les secours, sans rester sous un meuble ou sous un lit, de façon à être repérable. Les pompiers interviennent, en général, très vite après l’alerte (5 minutes maximum pour les sapeurs-pompiers de Paris).
  • Si vous devez vous déplacer dans des zones enfumées, faites le en rampant car l’air est plus frais au niveau du sol et la visibilité y est meilleure. N’ouvrez jamais une porte chaude ou si des fumerolles passent sur les côtés. Si la porte vous semble normale, ouvrez-la avec prudence en vous cachant derrière de façon à pouvoir la refermer rapidement si de la fumée pénètre abondamment dans la pièce.
  • N’utilisez jamais un ascenseur pour fuir en cas d’incendie.
  • Ne sautez pas par la fenêtre car au-delà du premier étage c’est très dangereux. A partir du 3e étage, il n’y a pratiquement plus de chance de survie.